Photographe

Langue originale: fr 
 
Nom, Prénom Fontannaz, Henri   
19.02.1866 Daillens VD - 25.12.1926 Lausanne VD
   
Lieu d'origine Bettens VD et Daillens VD
   
Profession Peintre
   
Domaines Photographe
   
Genres Personne, Portrait, Paysage urbain, Paysage, Tourisme
   
Lieu(x) de travail Lausanne VD vers 1890 - vers 1920
   
Contexte Apprentissage chez Auguste Bauernheinz.
Employé d’Frédéric-Oswald Welti.
Prédécesseur d'Eugène Würgler (Pontaise, av. du Mont-Blanc).
Epoux de Marguerite Fontannaz. Père d'Elisabeth Fontannaz et de Madeleine Fontannaz.
   
Carrière Henri Fontannaz étudia à l'Ecole industrielle et commerciale. Très doué pour le dessin, il remporta un prix de dessin qui lui fut remis par le photographe-peintre Auguste Bauernheinz. Il effectua un apprentissage de photographe chez lui l’année suivante puis il se rendit aux Beaux-Arts à Paris et durant cette même période E. Maurice l’employa dans son atelier.
Afin de se perfectionner, il alterna séjours à l’étranger et retours au pays. Il s’attarda dans diverses villes : Paris chez E. Maurice, Belfort chez Drouin (1895-1896) et Evian-les-Bains chez Albert Boucher (1891) dont il dirigea l’atelier durant quatre mois en 1894. A Lausanne, Henri Fontannaz fut engagé par Oswald Welti durant neuf mois (1889-1890), puis entre 1893 et 1894 il travailla chez Bernard Dettmann à Vevey.
A la fin de l’année 1898, il ouvrit son propre atelier. Il travailla dans un premier temps à l'Avenue du Mont-Blanc 10 (Pontaise), son atelier fut repris par Engène Würgler en 1903. Durant les cinq années qui suivirent, il se consacra à sa passion, la peinture, et réalisa de nombreux portraits d'après photographie. Il effectua un cours séjour à Besançon en 1905 et en 1907 il s'installa à Ouchy 2, place de la navigation dans la Maison Cachin. En 1908, lorsque sa mère mourut, il put envisager le mariage et épousa l’année suivante Marguerite Pièce.
Dans les années 1920, il déménagea son atelier dans un immeuble moderne de la Poste. Il n'eut pas le temps d'en finir l'installation avant sa mort. Après son décès, sa femme et ses filles reprirent l'atelier.
   
Appréciation de l'œuvre Bien qu'il vendit une partie de ses images à des éditeurs de cartes postales et documenta quelques événements particuliers, sa spécialité était le portrait en atelier sur fond peint.
A la Pontaise, il photographia une nombreuse clientèle militaire car la caserne était située juste à côté. Lors de la vente de son atelier à Eugène Würgler, il lui laissa aussi ses toiles de fond. A Ouchy, c’est donc lui qui peignit celles qui décorèrent son atelier et continua ainsi à tirer des portraits à l’ancienne avec des vues d'Ouchy ou de jardin comme décor.
   
Distinction(s) et bourse(s) 1889, Paris, Chambre de commerce, médaille de dessin.
   
Littérature secondaire Bertola, Carinne; Zuchuat, Didier: L'Age d'Or de la Navigation à Vapeur sur le Léman 1841–1941, Nyon, Glénat .
Breguet, Elisabeth: 100 ans de photographie chez les Vaudois. 1839-1939, Lausanne, Payot 1981.
Le Dinh, Diana; Leresche, Anne: Musée historique de Lausanne, département des collections photographiques. Catalogue, Lausanne 2007.
Mauron, Christophe; Crispini, Nicolas; Dutoit, Christophe: Fous de couleur. Autochromes, les premières photographies couleur de Suisse (1907–1938), Bulle, Musée gruérien / Editions Alphil 2015.
Musée historique de Lausanne: L'ère du chamboulement. Lausanne et les pionniers de la photographie 1845-1900, Lausanne 1995.
Musée historique de Lausanne: Lausanne. Regards sur la ville, 1900-1939, Lausanne 2001.
Perret, René: Frappante Ähnlichkeit. Pioniere der Schweizer Photographie. Bilder der Anfänge, Brugg 1991.
Sütterlin, Georg: Fontannaz, Henri, in: Fotostiftung Schweiz, Index der FotografInnen, Stand März 2014, www.fotostiftung.ch/de/schweizer-fotografie-a-z/index-der-fotografinnen/?autor=1361 .
   
Expositions collectives 2015, Bulle, Musée gruérien, Fous de couleur. Autochromes, les premières photographies couleur de Suisse (1907–1938).
   
Auteur(e) Jocelyne Prélaz
   
Date de modification 20.02.2018